La grotte de Nichet (08) – Pour la route


Je ne vais pas mentir, si j’ai bien visité la grotte de Nichet le 18 août dernier, ce n’est qu’en mars 2015 que j’écris cet article. Je n’ai pas réussi à l’écrire le soir d’une journée au cours de laquelle je suis parti le matin, chargé comme pour un déménagement, de Normandie pour rallier les Ardennes, j’ai visité ma dernière grotte, puis continué la route vers Hambourg. Jusque là, j’étais bien décidé à écrire le soir même un super dernier article, vous auriez vu ça. Mais voilà, je me suis arrêté dormir chez mes beaux parents à Coesfeld (Westphalie du nord). Là, la journée bien remplie, l’étourdissement d’avoir bouclé mon tour de France (ça y est, je suis compagnon photographe!), et la bière locale ont eu raison de mes bonnes résolutions. Ensuite, le post-traitement géant et l’écriture ne m’ont jamais permis de rattraper ce retard.

Je reprends donc mes notes. La grotte de Nichet est la plus septentrionale des grottes touristiques françaises. Elle semble totalement perdue sur la carte des grottes, mais a quelques voisines, côté belge – qui n’entrent donc pas dans mon programme. Son gros intérêt géologique est qu’elle est située dans les calcaires du Givétien (ère Primaire), qui ont été déformés par l’orogenèse hercynienne. Cette dernière a donné naissance à une gigantesque chaîne de montagnes qui s’étendait sur toute l’Europe et en Amérique du Nord (à cette époque, l’Atlantique n’existait pas et les deux continents étaient reliés). En France, dès que le socle ancien affleure, on observe les traces des montagnes hercyniennes, principalement dans le Massif armoricain, le Massif central, les Ardennes, les Cévennes. La grotte de Nichet raconte donc une histoire bien plus ancienne que la plupart des autres grottes françaises.

Elle est connue depuis plusieurs siècles, et a été visitée depuis 1889. Une période de fermeture dans les années 50, qui l’a laissée grande ouverte et durant laquelle elle a été largement vandalisée, lui a été très dommageable. Cependant, réouverte depuis 1987 et gérée par la mairie, tout au long de 9 salles à taille humaine (oui ça veut dire « pas très grandes »), elle propose une visite très sympa, enrichie de légendes locales effrayantes. A noter entre les salles 2 et 3 le passage au contact d’un somptueux plan de glissement de bancs de calcaires l’un contre l’autre, et, le long des parois de la galerie de sortie, de très beaux coups de gouge de grande amplitude. Ces derniers indiquent que la grotte a fonctionné en régime noyé, avec un écoulement lent, et ici ascendant, qui caractérise la zone profonde d’un karst. Comme cette galerie débouche aujourd’hui à l’extérieur, cela implique que toute la partie superficielle ancienne du réseau qui se trouvait nécessairement au dessus (plusieurs dizaines voire centaines de mètres de roche) a disparu, décapée par l’érosion. A l’extérieur, les restes de fouilles d’un site néolithique témoignent de la richesse d’un site qui a beaucoup à dire. Merci beaucoup à tous ceux qui m’ont accueilli sur place, tout particulièrement à Daniel Baroni qui a abandonné sa journée de congé pour m’accompagner.

Et nous chers lecteurs? Eh bien c’est l’heure de mettre un point final à ce blog. Je ne sais pas s’il y a des modèles pour cela, ça n’est pas si évident. Ce tour de France a été une expérience exceptionnelle à tous points de vue. Une centaine de sites (je n’ai toujours pas compté le nombre exact) visités en huit mois, des paysages somptueux, environ 40000 km, des milliers de photos, un projet qui paraît encore plus déraisonnable après qu’avant! J’ai eu la chance de réussir à enchaîner les journées sans être jamais véritablement arrêté par des problèmes techniques, et de rapporter des images de toutes les grottes de notre pays. J’y ai trouvé ce que je cherchais, à savoir un patchwork de sites aussi divers que complémentaires, qui assemblés forment un ensemble cohérent : l’histoire naturelle et humaine de ce qui est devenu la France. Et puis j’ai découvert beaucoup plus : les rencontres réalisées chaque jour, dans les grottes elles-mêmes et autour, sont un trésor que je garderai. Merci à tous pour votre accueil, vos encouragements, merci aux lecteurs pour leur fidélité et leur soutien. Je vous tiendrai informés des publications qui prolongeront ce travail. Ce blog évoluera très prochainement en site Internet, où les articles des grottes seront accessibles par l’intermédiaire d’une carte et d’une liste. Il restera donc vivant, et sera ouvert aux commentaires des visiteurs.

En espérant vous avoir transmis un peu de ma passion pour la face cachée de la Terre, qui a tant à nous dire. Partagez vos expériences souterraines, la suite vous appartient !

Grotte de Nichet, Ardennes, France

GUJ_5456

Grotte de Nichet, Ardennes, France

Grotte de Nichet, Ardennes, France

Grotte de Nichet, Ardennes, France

Grotte de Nichet, Ardennes, France

Grotte de Nichet, Ardennes, France

Grotte de Nichet, Ardennes, France

Grotte de Nichet, Ardennes, France

Avec mots-clefs , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

2 réactions à La grotte de Nichet (08) – Pour la route

  1. desgrippes Bernard a écrit:

    Merci Damien pour ce Tour de France inhabituel, loin des bruits et des tracas quotidiens. La visite d’une grotte s’effectue pas à pas, calmement pour l’analyser et comprendre comment elle s’est constituée au fil des millénaires. Ce qui résulte de ce long travail de formation sous terre est absolument étonnant. Les » quidams » que nous sommes ont besoin d’un spécialiste comme tu peux l’être pour être éclairé, pour comprendre. Tu nous as séduit par ton savoir, par l’emploi de mots spécifiques et justes. Tu nous as transporté dans un monde que l’on connait à peine. Ce Tour de France est une première au niveau national. Il montrera à travers le livre que tu prépares qu’il y a encore des mondes à découvrir et celui des grottes en fait entièrement partie.
    Leur visite peut aussi apaiser l’esprit de toutes celles et de tout ceux qui sont pris dans l’engrenage, dans la tourmente actuelle où il faut vivre à cent à l’heure. La grotte démontre qu’il faut rester calme, zen et que rien ne se fait en cinq minutes.
    Nous attendons la parution de ton atlas pour les photos que tu réussis à merveille et pour les savants commentaires que tu sais si bien exprimer.
    Félicitations! Bravo pour cet exploit qui fera date dans l’histoire du monde du silence. Le livre va asseoir ta réputation.Tu es devenu un spécialiste. Tu pourras donner des conférences en France et à l’étranger. Une nouvelle vie s’ouvre pour toi!
    Merci, à bientôt. Nous sommes fiers de toi!
    Bernard

  2. Laurent a écrit:

    Salut Damien,
    Franchement, un grand bravo pour cet incroyable boulot, parfaitement réalisé et mené à son terme.
    Longue vie à ton travail, qui le mérite largement !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *