La rivière souterraine de Labouiche (09) – « On vous donne ça et vous prenez ça ! »


Et c’est le retour à la rivière souterraine de Labouiche. La dernière des grottes du sud, ensuite il ne me restera que trois sites à voir cet été, plus au nord. Il est temps pour le matériel et le photographe de pauser un peu. C’est donc ici un retour, car je suis déjà venu au mois de mai, mais n’avais pu travailler correctement à cause d’une crue. C’est qu’ici on navigue sur une rivière active, soumise aux conditions climatiques. La crue du mois de mai avait causé la fermeture du site pendant quelques jours. J’avais quand même pu faire un tour en barque avec Guy Bénazet, guide, accéder à la documentation, et discuter avec Alain Horeau, Directeur d’exploitation. Mais pour les photos que méritaient le site, il fallait revenir. Un petit contretemps dont je me console en pensant que cela aurait pu m’arriver dans une grotte à l’autre bout de la France et non à une heure de Saint-Gaudens…

Labouiche, donc. Ouverte au public depuis 1938, la rivière a été explorée à partir de 1908, puis par Martel en 1909 et Casteret en 1938. Avec 1500 mètres à parcourir en barque en trois tronçons, sur un total de 3600 mètres découverts, elle offre la plus longue navigation souterraine des grottes françaises. Les explorateurs sont entrés au niveau de la perte d’une petite rivière qui s’engouffre sous un porche, et ont découvert 250 mètres plus loin la rivière de Labouiche avec laquelle il conflue. Son cours a été aménagé mais c’est bien sur une rivière active que cette navigation a lieu. Pour l’aménagement du réseau, un puits artificiel a été creusé, permettant de retrouver le réseau depuis la surface environ un kilomètre en amont de la confluence. C’est donc maintenant une traversée, qui peut être réalisée dans les deux sens. La propulsion des barques métalliques est assurée par les bras des bateliers à l’aide de câbles fixés aux parois. L’atmosphère est très souterraine, aquatique et active. Cupules et marmites d’érosion ont sculpté les parois d’une faille verticale, c’est superbe.

Aujourd’hui, comme prévu je suis là à 8h30 et à 9h repars avec Guy pour faire une photo, la photo dont j’ai absolument besoin pour le livre. Nous cherchons le tronçon de rivière adéquat, où je pourrai trouver un angle pour poser l’appareil, un ou deux éclairages, et bien voir la galerie. Nous faisons quelques essais, puis attendons la première barque. Elle arrive, Guy embarque à l’arrière avec deux flashs (un sera déclenché dans l’eau, l’autre sur la barque). Ils passent, photo, repassent, re-photo. Super, c’est exactement ce que je voulais. Sur le chemin du retour, nous essayons de trouver quelques euproctes, amphibiens aquatiques qui vivent ici, mais sans succès. Mais il paraît que parfois on peut en voir. A propos de faune, il existe aussi dans la vase 3 espèces de vers endémiques (qu’on ne trouve que dans ce réseau), étudiés par le CNRS. des panneaux à ce sujet doivent prochainement être réalisés. Nous faisons une photo d’une cascade, puis de la petite salle lors de la remontée, puis nous sortons.

Il est 12h, plein soleil, et j’ai bouclé une grosse partie du travail photo des livres. Tout va bien. Quoique… La silhouette d’Alain Horeau s’agite sur la route et me tombe dessus dès que nous sommes à portée de voix. Depuis 10h30 il m’attend, pensant que je sortirais plus tôt, et des touristes se sont plaint que je ne leur aie pas demandé avant de faire la photo. C’est vrai que, pour une fois, je n’ai pas demandé aux personnes avant de déclencher. Je n’étais pas sur la barque, j’ai fait la photo à leur passage en évitant de les ralentir trop, et surtout j’avais travaillé l’éclairage de manière à ce qu’ils ne soient pas identifiables. Mais c’est vrai, ils ne pouvaient pas savoir et ils sont comme ça les gens. Toujours je demande, jamais je n’ai essuyé de refus, et parfois même j’ai eu des réactions vexées de ne pas être plus visibles sur la photo. Mais il faut demander. Je note ça dans mon carnet. Par contre, pour l’horaire de sortie, je plaide non coupable : je viens deux fois ici pour faire des images qui feront la promotion gratuite du site, je n’arrive pas à me dire que j’ai exagéré en travaillant trois heures. Alors oui, « on me donne ça et je prends ça », mais c’est pour la bonne cause : c’est pour dire que la navigation sur la rivière souterraine de Labouiche et réellement une très belle expérience.


La crue du 2 mai 2014

Rivière souterraine de Labouiche, Ariège, France

Rivière souterraine de Labouiche, Ariège, France

Rivière souterraine de Labouiche, Ariège, France

Rivière souterraine de Labouiche, Ariège, France

Rivière souterraine de Labouiche, Ariège, France

Rivière souterraine de Labouiche, Ariège, France

Images du 19 juin 2014

Rivière souterraine de Labouiche, Ariège, France

Rivière souterraine de Labouiche, Ariège, France

Rivière souterraine de Labouiche, Ariège, France

Rivière souterraine de Labouiche, Ariège, France

Rivière souterraine de Labouiche, Ariège, France

Rivière souterraine de Labouiche, Ariège, France

Rivière souterraine de Labouiche, Ariège, France

Rivière souterraine de Labouiche, Ariège, France

Rivière souterraine de Labouiche, Ariège, France

Avec mots-clefs , .Lien pour marque-pages : permalien.

2 réactions à La rivière souterraine de Labouiche (09) – « On vous donne ça et vous prenez ça ! »

  1. michel boulesteix a écrit:

    Bonsoir à toi!

    Un petit mot pour te dire que j’ai entendu parler sur FRANCE 3 ce soir d’un jeu qui s’appelle ARCHAEOLOGIA de Olivier LAFFONT.
    L’auteur, un homme simple et passionné, a créé ce jeu que je ne connais pas, mais avec une mentalité pédagogique très intéressante sur un sujet que tu connais parfaitement.
    Je suis persuadé qu’en prenant contact avec lui, tu pourrais coopérer de façon remarquable à cette proposition. Cà devrait être intéressant en lui apportant toutes tes connaissances dans une perspective positive, et il bénéficierait de ton travail récent.
    Tu trouveras ses références bien entendu sur INTERNET.

    Bonne fête de fin d’année.

  2. Navaja a écrit:

    Encore désolé pour cet accueil mitigé… Il est clair que les photos serviront la promotion du site mais enfin… Heureux que votre livre soit enfin bouclé et sorti, il viendra bientôt étoffer mon étagère.
    En espérant malgré tout vous recroiser à Labouiche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *