La grotte de Pech Merle (46) – Une heure, photos comprises


Ouf, rude journée avec deux sites dont Pech Merle. Mais avant tout je tiens à remercier les gérants du camping les Tilleuls de Rocamadour où j’ai passé la semaine. Du fait du décès de ma grand-mère, j’ai dû modifier mon programme et prolonger d’une nuit mon séjour ici. J’ai tout réglé ce soir en rentrant et ils ont eu la gentillesse de ne pas me compter la nuit supplémentaire. J’ai trouvé ici l’un des accueils les plus chaleureux que j’aie reçus ces derniers mois et si vous cherchez une adresse de camping dans la région, n’hésitez pas, ils sont super.

Alors Pech Merle. Il y a quelques années, j’avais eu ici un véritable choc, qui certainement a contribué à faire germer l’idée de travailler sur un guide de visite des grottes préhistoriques. Les peintures gravettiennes, vieilles de quelques 24 000 à 25 000 ans sont à la fois magnifiques et spectaculaires, dans le sens où l’utilisation du relief de la paroi par les artistes préhistoriques est évidente. Mieux que nulle part ailleurs, la proximité du visiteur avec la paroi lui permet d’observer combien nos ancêtres ont vu les animaux avant de les peindre. Un mammouth partiellement dessiné en est une illustration parfaite : pour peu qu’on l’éclaire sous le bon angle, la partie non dessinée est parfaitement visible dans le relief de la paroi et l’animal apparaît tout entier. Je souhaitais le photographier, croyais pouvoir le faire et puis malheureusement le grillage placé devant a interdit d’en faire une photographie exploitable. Et puis j’avais peu de temps : mon autorisation de photographier était d’une heure seulement. Autant dire très frustrant dans une telle grotte. J’ai donc dû abandonner l’idée de photographier l’aspect géologique de la grotte qui pourtant le méritait pour me consacrer exclusivement à la partie préhistorique. Heureusement j’avais réalisé un repérage mardi avant de partir.

Au menu de cette heure donc, entre 8h30 et 9h30, le panneau des chevaux, en essayant d’y apporter un regard original en l’intégrant dans son contexte, l’empreinte de pas, la toupie et la frise noire. En intégrant les images qu’ils mettent à notre disposition pour le livre, cela suffira pour le guide. Puis discussion avec Bertrand Defois qui me montre combien cette cavité est un modèle de gestion pour l’équilibre entre accessibilité au public (700 personnes par jour maximum) et protection. Pech Merle est une institution dans le monde des grotte préhistoriques, et elle le mérite bien. Pour finir, je visite le musée qui, bien qu’un peu vieillissant, complète très bien la visite.

Avec mots-clefs , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Une réaction à La grotte de Pech Merle (46) – Une heure, photos comprises

  1. Beigbeder françois a écrit:

    passionné d’art pariétal, je découvre ce soir votre blog :
    MAGNIFIQUE !!
    Les photos diffèrent de ce que l’on trouve dans la plupart des livres. Merci pour ce beau travail .
    Que 2016 vous ouvre encore d’autres merveilles souterraines :
    Bonne année donc, et encore merci.
    françois beigbeder

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *