La grotte de Presque (46) – « Vous m’avez tout embrouillé là »


Arrivé à ma roulotte réservée sur un camping de Rocamadour, nous sommes dimanche soir, il fait beau et j’ai la piscine pour moi tout seul. Presque le rêve. Si ce n’est que ma grand-mère nous a quittés hier et que j’aurais bien aimé ne pas être tout seul ce soir. Well, le tour de France avance bien et je commence à en voir le bout.

J’attaque donc le Causse du Quercy par la face nord, à la grotte de Presque. Après 3h de route, j’arrive sur place à 9h30. Là, je suis reçu par Annie Moulène, 72 ans propriétaire et gérante du site. Tout de suite je pars avec Clément Schmitt, guide à la grotte depuis quelques semaines. Autant le dire tout de suite, ses connaissances en géologie sont embryonnaires et comme souvent, au cours de notre visite je lui donne quelques explications. Le site est intéressant, situé à quelques kilomètres des volcans auvergnats. Dans les sédiments qui l’ont rempli à une époque et dont des témoins sont encore visibles jusqu’au plafond, il a enregistré les éruptions volcaniques. Piégées dans la calcite, on retrouve jusqu’à des bombes volcaniques avec enclaves de péridotites, c’est un véritable atout pour le site. Enclaves de péridotite, Kesako ?

En fonction du contexte tectonique, la lave qui sort des volcans peut avoir plusieurs origines, mais c’est toujours de la roche en fusion. Cette fusion s’effectue souvent dans le manteau supérieur, d’où le magma remonte vers la surface au travers de la croûte terrestre. Ce manteau supérieur est constitué d’une roche appelée « péridotite », qui doit sa couleur verte à l’olivine, un minéral qu’elle contient en grande quantité. Cette péridotite fond, donnant de la lave, qui parfois dans sa remontée entraîne des morceau de péridotites non fondus, qui arrivent tels quels à la surface. En refroidissant, la lave ou la bombe volcanique se solidifie sous la forme d’une roche noire appelée basalte, qui contient toujours les morceaux de péridotite. Ceux-ci sont dits en enclave, car ils sont emballés dans une autre roche. Puis par érosion, l’eau transporte ces blocs dans le karst où ils sédimentent. Ici, la calcite se dépose sur ces sédiments, qu’elle cimente. Enfin, l’érosion vide la galerie de son remplissage, mais des témoins restent collés à la paroi. C’est ainsi qu’on retrouve des morceaux de manteau supérieur sur les parois de la grotte de Presque.

Outre les planchers calcitiques suspendus, colonnes, stalactites et stalagmites rendent la visite très agréable. Clément lui est intéressé mais surpris que la grotte puisse nous raconter tant d’histoires. Il ressort en disant que tout son commentaire est à refaire. Après ce repérage, pendant que je prépare mon matériel photo, il discute avec Annie et l’autre guide venu rendre visite à ses collègues. Lorsque je reviens à l’entrée, l’accueil est un peu refroidi tant les idées reçues sont difficiles à remettre en question. Le second guide souhaite revenir avec moi, il remet en question les remplissages de la grotte. Nous partons pour une courte visite où je lui montre les galets, sables sur lesquels se sont déposés la calcite, ce qui a du mal à le convaincre : « vous m’avez tout embrouillé là ». J’essaie de débrouiller un peu mais dois aussi faire ma journée de travail. Tant pis, il fera ses choix tout seul. Mais vous, visiteurs qui maintenant savez, n’hésitez pas à rechercher ces témoins des remplissages passés. Ils sont ici bien visibles et pleins d’informations.

A la sortie, je rediscute avec Annie, qui travaille ici depuis toujours du fait de la disparition précoce de son père. Elle est malade, ne peut plus aller dans la grotte et attend que son fils prenne la relève. Mais il a déjà une entreprise de tourisme qui fonctionne bien. Elle espère voir l’extension du parcours de visite, prévu depuis la découverte par les spéléos locaux de galeries très riches en aragonites. Peut-être dans quatre ou cinq ans. Bon courage Annie, et merci pour votre accueil.

Avec mots-clefs , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *