La grotte de Labastide (65) – Le cheval polychrome


Ce matin, c’est presque vers un terrain connu que je me dirige. Une heure de route pour rallier la grotte de Labastide dans les Hautes-Pyrénées, située dans le village de Labastide, son café et son tracteur. J’ai rendez-vous avec Francis Ferrand, que j’ai déjà rencontré au gouffre d’Esparros. Oui il est multicasque, Francis Ferrand, mais il faut dire que les deux sites sont gérés par la communauté de communes Neste Baronnies et que Labastide est sur le même réseau qu’Esparros. Elle en constitue le côté préhistorique. Une fois n’est pas coutume, je suis autorisé à aller photographier une partie du réseau non ouverte au public, celle qui abrite le fameux cheval polychrome connu des préhistoriens du monde entier. Cette infraction à mon fonctionnement habituel m’est autorisé car le public a accès sous forme de vidéos à cette œuvre magdalénienne et puis d’abord je ne vais pas me justifier, j’ai le droit, j’y vais, et avec beaucoup de plaisir !

C’est donc en tenue de spéléo que nous nous descendons dans le gouffre dont le fond est barré par une imposante double grille. C’est le terrain de Francis qui est originaire d’ici, connaît la grotte depuis son plus jeune âge, et a toujours voulu travailler pour sa protection. L’émotion est visiblement intacte et c’est un grand plaisir de l’accompagner ici. Passée la grille, nous passons sur un balcon argileux un peu aérien, puis accédons à une vaste galerie, toujours en cours d’étude et qui a révélé quatre aires de séjour magdaléniennes, il y a 14 000 ans. L’ensemble a été exploré par l’inévitable Casteret, qui en 1931 a découvert l’essentiel des 200 gravures, peintures et points rouges qui ont été vues ici, parmi lesquelles une gravure de lion célèbre et une tête d’oie contrastent avec les chevaux et bisons plus « classiques ». Les fouilles ont aussi révélé un important art mobilier, de nombreux outils et des plaquettes gravées. Dans une cache appelée « le diverticule » ont été découverts une parure en os hyoïdes extraits de la mâchoire des chevaux, et un propulseur. Voulait-on venir les rechercher ? Cachées dans une fissure en hauteur ont également été trouvées cinq grandes lames de silex périgourdin, attestant ici encore des larges déplacements des populations magdaléniennes. Des représentations gravées, très difficiles à lire, ont été étudiées et montrent des animaux polymorphes, mixant par exemple renne, baleine et cheval. Autant de caractéristiques qui alimentent les interprétations chamanistes de l’art rupestre.

Après quelques minutes de progression confortable, nous arrivons au fameux cheval polychrome, célèbre dans le monde entier. Peint à l’ocre rouge, les contours ont été surlignés en blanc et bleuté par « grattage » du calcaire. Il mesure près de deux mètres de long et le contour de son œil en étoile lui donne un regard incroyable. Après quelques minutes de contemplation, je décide de le photographier dans son environnement, pour montrer sa position en hauteur, sur le rocher qui barre l’accès d’une vaste galerie. Puis il nous faut repartir vers la sortie.

Dehors, nous observons un magnifique porche dans lequel se perd une rivière puis nous nous dirigeons vers la grotte blanche, ouverte au public. A l’intérieur, de vastes gradins permettent au public de voir assis un très joli film sur l’histoire magdalénienne régionale. Le site propose aussi pour les enfants des ateliers de peinture rupestres et d’allumage de feu. Le site étant fermé aujourd’hui, je ne peux pas donner d’avis sur ces sujets mais pour ce que je connais d’Esparros et des gens qui travaillent ici, je suis sûr qu’ils sont bien conçus et méritent la visite en famille. Pour moi, c’est déjà l’heure de repartir vers la Haute-Garonne. C’est bien de rentrer à la maison parfois…

Avec mots-clefs , .Lien pour marque-pages : permalien.

Une réaction à La grotte de Labastide (65) – Le cheval polychrome

  1. michel boulesteix a écrit:

    Connaissant les conditions que tu peux utiliser pour réaliser tes photos ( en particulier sur le temps qui t’est accordé! ), je suis admiratif pour tes productions.

    Quant à une expérience comme celle d’aujourd’hui, heureusement que tu as les possibilités techniques de les réaliser.

    Bon courage à toi pour tout!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *