La grotte de la Luire (26) – Crevaison


Ne partez pas, il ne s’agit pas de mes problèmes de bagnole. Il faut dire que sur cette route du retour, après quatorze jours, quatorze grottes, le bouclage de la Bourgogne, du Doubs, du Jura, du Vercors, sans oublier une incursion en Ardèche, changer une roue ne s’impose pas au programme. Non, j’ai passé Bézier, il est 21h et après encore deux heures de route je devrais être à la maison. Mais alors, il est fatigué ? Non plus, pas plus que de coutume je ne suis crevé au point d’en faire un titre de blog. Dites le que vous donnez votre langue au chat, j’ai envie de rentrer à la maison… merci. Aujourd’hui, comme vous le savez, j’étais à la grotte de la Luire, célèbre pour ses… crevaisons. Voilà. Les crevaisons de la Luire consiste en une mise en charge occasionnelle du réseau, matérialisée par un torrent qui ressort par le porche d’entrée. D’accord, d’accord, encore une exurgence – mais attendez, pas n’importe laquelle. Celle-ci constitue rien moins que la mise en charge la plus puissante du monde.

Ce matin, je suis accueilli sur place par Jacques Vulliod, depuis deux ans gérant du site. Spéléo, passionné par sa grotte, le contact est rapide et aisé. Dans ses yeux se lit le plaisir d’être à la barre de ce véritable monstre qu’est la grotte de la Luire. Le public y entre par un grand porche, traverse une grande salle et fait le tour d’un puits d’une trentaine de mètres de profondeur. Un joli puits, impressionnant sans plus, mais il ne faut pas s’y méprendre, c’est un véritable cratère, la porte d’entrée dans le monde de la démesure. En dessous s’ouvre un dédale de plus de 50 kilomètres de galeries explorées, d’autres encore à découvrir, un dénivelé de 480 mètres. Attends attends, -480, stooop ! Tu veux dire que quand l’eau ressort par le puits, elle est montée de au moins 480 mètres ? Voui, rien moins qu’une crue de 500 mètres, cherchez les mots pour décrire un tel phénomène vous… En 3 minutes, l’eau monte les 30 mètres du puits que vous pouvez admirer. Calculez, cela fait du 15cm/s. autant dire qu’à moins d’être champion du monde de la montée poignée jumar, il est préférable de ne pas être en exploration en dessous lors de la montée des eaux. La rivière qui ressort alors par le porche peut représenter un débit gigantesque, jusqu’à 50m3/s.

Et c’est là tout le problème, si bien sûr les crevaisons de la Luire se produisent en cas de fortes pluies et/ou de fonte de neige, l’amplitude du phénomène n’est pas en relation directe avec l’intensité des phénomènes météo. Après plusieurs siècles de mystères et de légendes (Luire vient de Vouèvre ou Vouivre en celtique), plusieurs dizaines d’années d’exploration, on est toujours incapables de comprendre et donc de prévoir ce phénomène. On sait seulement que le bassin d’alimentation du réseau est gigantesque, et que les jeux de resserrement et d’élargissement des galeries provoquent des blocages d’écoulements. Des spélologues en exploration ont raconté qu’un jour, ils avançaient dans une galerie contre un courant d’air de l’ordre de 70 km/h ( !), qui s’est arrêté en un instant, les faisant chuter sur les genoux. Un mouvement d’eau avait vraisemblablement bouché une galerie du réseau. Sonnant en même temps l’heure de la remontée pour nos spéléos…

Alors quoi, vous êtes toujours devant votre ordinateur ? La grotte est ouverte toute l’année, vous fabriquerez votre propre bougie pour vous aventurer dans la gueule du monstre, renouant avec les conditions d’éclairage des premiers explorateurs entrés en 1886, jusqu’à l’inondation soudaine de la salle par la lumière (oui, seulement de lumière mais spectacle garanti). Si vous avez peu de chances de voir le phénomène actif, et c’est aussi bien comme cela, les volumes et la taille des blocs de pierre charriés dans le lit à sec du torrent sont un bon indice visuel de la force des éléments qui ici peuvent se déchaîner. Moi, quand j’y retournerai, j’irais bien faire un tour pour photographier la tuyauterie sous-jacente…

Avec mots-clefs , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Une réaction à La grotte de la Luire (26) – Crevaison

  1. desgrippes bernard a écrit:

    Curieux, en effet. Ce phénomène me laisse sans voix….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *