La grotte et cascade de Seythenex (74) – Le trou de serrure


Départ d’Annecy (merci L et A), après avoir expérimenté un lit gonflable en forme de soufflé carré, marrant, et de toute manière avec le vin d’Arbois je n’étais pas près de ne pas dormir, mais quand même je voudrais bien savoir si la belle mère qui devait passer après moi a apprécié la plaisanterie, je pourrais disgresser ainsi pendant quelques feuillets mais ce n’est pas ici le tour de France des lits (tiens, en voilà une idée à voir avec mon éditeur, un tour de France des lits, ce serait moins crevant la prochaine fois, quoique je devrais peut-être dans un premier temps à discuter avec ma chère H) et dans tous les cas il est plus que temps de mettre un point à cette phrase. Départ d’Annecy donc, tour du lac, les montagnes, aucun doutes si vous voulez voir les alpes c’est à cette grotte qu’il faut venir. Aujourd’hui c’est l’ouverture de la saison et tout le monde est un peu fébrile. Les touristes arrivent, les amis passent dire bonjour, mais ils trouvent un peu de temps à me consacrer. Je suis reçu par Monsieur Mabboux, propriétaire du site depuis trois ans.

La grotte est de dimensions modestes, quasi sans concrétions mais comme toujours je vais lui trouver du charme. Je suis incurable, je crois : je tombe amoureux tous les jours… Ici c’est l’aspect brut, les forces tectoniques qui s’expriment. Les couches de calcaires sont dressées presque à la verticale et la galerie présente de magnifiques miroirs de faille striés, très pédagogiques. Les galeries sont petites mais avec des profils circulaires de conduites forcées d’école, et même le typique « trou de serrure ». Celui-ci se forme en deux temps : d’abord, en régime noyé l’eau creuse une conduite circulaire puis le niveau de base baisse (cf. explication du niveau de base ici), la galerie se vide, l’eau circule librement (pour embrouiller tout le monde, les hydrogéologues parlent alors de « régime vadose ») et l’érosion se poursuit vers le bas.

Pour la visite, le commentaire présente, disons le, une bonne marge de progression. Quand vous voulez, Monsieur Mabboux, je viens y travailler une journée ! A la sortie de la grotte, trois autres animations sont disponibles : un petit musée sur l’utilisation historique de la force de l’eau pour faire fonctionner les scieries ou les moulins à huile de noix, la cascade bien sûr et une jolie tyrolienne qui joint le sommet de la cascade à la terrasse du bar. L’ensemble mérite clairement la visite pour les familles de passage dans la région.

Le soir, je descends à Orgnac, à l’hôtel de l’aven, où l’équipe de CAPA m’a réservé une chambre. Prise de contact sympa autour d’une bonne bouteille de vin du Vivarais et direction le lit pas trop tard : nous sommes attendus à 7h45 à l’aven pour travailler dans le gouffre avant l’arrivée à 10 heures des premiers groupes.

Avec mots-clefs , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Une réaction à La grotte et cascade de Seythenex (74) – Le trou de serrure

  1. Laurent a écrit:

    😉 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *