La grotte des Moidons (39) – « Pour une fois qu’on faisait du cinéma »


Départ de Besançon ce matin avec une magnifique route vers la grotte des Moidons dans le Jura, à quelques kilomètres d’Arbois. Accueilli par Monsieur et Madame Gauthier, propriétaires du site qu’ils ont aménagé et ouvert en 1989. En fait, ils ont tout fait ici, depuis la conception jusqu’à la réalisation, un travail de titan. La grotte est très agréable, située en domaine forestier géré par l’ONF et les infrastructures en surface sont au goût du lieu : tout en bois. Sous terre, la grotte présente une grande salle, prolongée par deux petites galeries. Le grand volume a été créé à la fois par des effondrements de la voûte qui a atteint un parfait profil d’équilibre, et par soutirage. Soutirage, kesako ?

Le soutirage est un phénomène courant en milieu karstique : lorsque le réseau hydrographique s’enfonce, les galeries supérieures deviennent fossiles, tandis que l’eau circule en dessous. L’érosion dans les galeries sous-jacentes va créer un appel au vide, qui va « aspirer » les matériaux situés au dessus, particulièrement s’il s’agit d’un remplissage argileux comme aux Moidons. Se développent alors des dépressions en forme d’entonnoir, appelées dolines quand elles sont à l’extérieur. A la grotte des Moidons, cet entonnoir est gigantesque et tout autour, les stalagmites et colonnes affaissées ou effondrées illustrent parfaitement l’instabilité du sol (à l’échelle des temps géologiques, bien sûr, pas la peine de faire votre testament avant d’aller y voir par vous même).

Pendant la séance photo qui dure 3h, passe un groupe de touristes accompagnés par un guide. Les éclairages sont en place, je viens de finir une photo et je leur demande de passer doucement pour les intégrer au cadre. Une fois la photo réalisée, je leur montre l’image sur l’écran de l’appareil pour leur montrer qu’ils ne sont pas reconnaissables, étant tout petits sur l’image et éclairés en contre jour. Au lieu des réflexions rassurées que j’attendais, j’entends « c’était bien la peine », « pour une fois qu’on faisait du cinéma », « c’est parce-qu’on n’est pas assez beaux, c’est ça ». Ne jamais sous-estimer le narcissisme de nos semblables…

Ce soir, ce n’est pas à Besançon que je dors, mais à Souvans, dans le Jura, à la chambre d’hôtes la maison bleue où je me suis installé pour trois nuits. Et c’est aussi kitch que confortable, le grand luxe pour qui apprécie les motifs léopard. Mais reconnaissons que le lit à baldaquins est bien tentant…

Avec mots-clefs , .Lien pour marque-pages : permalien.

2 réactions à La grotte des Moidons (39) – « Pour une fois qu’on faisait du cinéma »

  1. desgrippes bernard a écrit:

    Grotte des Moidons: un exemple super intéressant comme je les aime! Voilà une grotte agréable à visiter. Une grotte aux belles proportions; belles photos de Damien; Bravo!

  2. Laurent a écrit:

    Yes, encore une petite leçon de géologie appliquée, sans avoir l’air d’y toucher… On attends désormais chaque nouvelle sortie avec impatience !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.