Les grottes d’Arcy-sur-Cure (89) – L’école d’Arcy


Et c’est reparti pour un tour : 6 heures ce matin, départ de « Saint Go » pour être à 14h à mon rendez-vous aux grottes d’Arcy-sur-Cure, visite privée par Harold Bouillet, guide, une seconde visite conférence par Maurice Hardy, archéologue du CNRS dans le cadre de la journée nationale des grottes, puis le grand départ en compagnie de François de la Varende, copropriétaire du site pour faire les photos. Enfin, encore presque deux heures pour arriver à mon hôtel au nord de Dijon. Ouf ! Et ce n’est qu’un début car je suis reparti pour un tour de France de deux semaines qui va m’amener en Bourgogne, dans le Doubs, le Jura, la Savoie, la Haute Savoie, le Vercors et même un passage en Ardèche pour un tournage TV dont je vous reparlerai certainement. Autant dire qu’une fois encore, ce soir il faut un peu se faire violence pour écrire sur la journée. Je crois que je n’aurais accepté de personne d’autre que moi même la contrainte d’écrire tous les jours…

Je vais donc faire vite, ce qui ne reflète en rien l’intérêt de la grotte. Située à 200km de Paris, le site d’Arcy est fantastique. Visitable depuis tous temps, en témoigne la gravure attribuée à Marie Caroline d’Autriche, petite nièce de Louis XIV, la grande grotte présente de très belles galeries abandonnées par la rivière. Celles-ci sont magnifiquement creusées de coups de gouges et remplies de concrétions. La grande grotte d’Arcy a donc toujours été connue et visitée, sans que les touristes imaginent le trésor préhistorique qu’elle renfermait. Jusque dans les années 90 où ont été découvertes les peintures cachées derrière la calcite sur les parois. Plus de 200 peintures ou dessins réalisés à l’ocre, au dioxyde de manganèse ou au charbon de bois, daté à -28000 ans BP et dégagés à l’aide d’une fraise diamantée de 4mm.

Et là je vous entends hurler: “Stooop!!! Quoi??? Attaquer des peintures gravettiennes à la fraise ? Alors que notre photographe favori obtient à peine, et parfois pas du tout, le droit de les photographier à 500 000 iso ?” – Et oui messieurs dames, restons calmes, et le fait que le site soit privé et non classé à l’époque de la découverte semble y être pour quelque chose. Ce petit miracle a été réalisé par des scientifiques au prix d’une infinie patience, et a été permis car les peintures étaient recouvertes de deux couches de calcite distinctes : une couche transparente, qui est laissée en place comme un vernis protecteur et une couche blanche opaque, qui est enlevée.

Et le résultat est stupéfiant : ressurgissent du plus lointain passé (-28000 ans c’est la deuxième grotte ornée la plus vieille de France après Chauvet, donc la plus ancienne ouverte au public) des dessins d’une incroyable fraîcheur. Certains sont faits au doigt et pour d’autres, des poils de rennes ont montré l’utilisation de pinceaux. Un pinceau il y a 28000 ans ? Oui Madame, oui Monsieur, le plus ancien pinceau connu ! Les mammouths sont tous dessinés de la même manière, avec un départ depuis les défenses, la tête, le dos, l’arrière, les pattes arrières, le ventre, les pattes avant pour finir par la trompe. Ce n’est probablement pas le même homme (ou femme) qui a tout dessiné mais définitivement cette homogénéité dans la réalisation permet de parler d’une « école d’Arcy ». Outre les mammouths (dont un étonnant bébé), peuvent être vus chevaux, bouquetins, un mégacéros dont les bois sont une fissure dans la paroi, un poisson, des mains négatives et une étonnante “vénus”. Cette dernière est en réalité un massif de concrétions qui suggère la forme d’une femme, dont la vulve et la pointe des seins ont été marquées à l’ocre.

Sous chaque peinture, caché sous un plancher d’argile et de calcite de 40 cm ont été retrouvés des foyers qui fonctionnaient à l’os, feux à vocation d’éclairage plus que de chauffage. Je vous passe les traces d’ours ou le lac de calcite flottante, définitivement ce site justifie à lui tout seul mon voyage. Et le vôtre, d’où que vous veniez. Je remercie infiniment François de la Varende pour son invitation à revenir avec un peu plus de temps, évidemment deux heures de photo dans une telle grotte sont aussi fantastiques que frustrantes. Mais il a eu la gentillesse et la confiance me de me laisser travailler seul pendant presque une heure dans le sanctuaire, et ces minutes constituent une expérience d’une intensité incroyable. Je reviendrai, avec un peu plus de temps, quand ce marathon des grottes sera terminé.

Avec mots-clefs , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

2 réactions à Les grottes d’Arcy-sur-Cure (89) – L’école d’Arcy

  1. desgrippes bernard a écrit:

    Etonnante galerie animalière d’une qualité et d’une conservation somme toute remarquable. Les photos, elles aussi, sont réussies.

  2. Laurent a écrit:

    Il n’empêche, cher Damien, que même tardive ton écriture s’avère tout aussi remarquable que ces lieux obscurs et humides que tu dévoiles pour nous… Avec ou sans poils de renne, c’est du grand art !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.