Les grottes de Sare (64) – « Je n’ai personne pour vous »


Première des deux journées dans le pays basque et, grand luxe, il est 18h, je suis arrivé chez Pascaline (la chambre d’hôtes que j’ai réservée à Saint-Jean-Pied-de-Port), douché et pas mécontent de pouvoir envisager un coucher tôt ce soir. Bon, reste à écrire sur les grottes de Sare dont je rentre tout juste. Parti à 6 heures ce matin, je suis arrivé pile pour le RV de 9h avec François Pouyet, Directeur du site de Sare. C’est le grand soleil et le printemps semble subitement s’être transformé en été. Si cette météo doit se maintenir dans les prochaines semaines, il va falloir que je revoie ma garde robe. L’arrivée est un peu brutale: j’ai dû planifier une bonne quarantaine de visites lors des dix derniers jours, passé des centaines de coups de fil et ai dû parfois pousser un peu pour mettre la bonne grotte à la bonne place dans mon planning. Et donc aujourd’hui c’est formation sécurité pour tout le monde: Directeur comme guides, personne ne pourra m’accompagner ou même répondre à quelques questions. Bon, ici au moins, ils ne draguent pas les auteurs de guides touristiques avec un café.

Je pars donc directement pour une visite solitaire (quoique accompagné par des dizaines de chauves-souris), guidé par un son et lumières qui me donnera les principales informations. La mythologie basque, où « tout ce qui porte un nom existe » est aussi au programme de la visite. Les explications scientifiques sont sommaires mais il semble que le guide qui me manque est sensé en apporter. Au bout d’une heure, la visite est finie et je commence les photos, que je finirai aux environs de 14h. Dans l’ordre chronologique, je sélectionne :
– le magnifique porche d’entrée d’une cinquantaine de mètres de large ;
– la plaque célébrant la visite de l’empereur et l’impératrice en 1858 ;
– une scène reconstituée d’hommes préhistoriques. Les fouilles ont démontré une occupations depuis plus de 30 000 ans ;
– deux réseaux superposés de galeries horizontales, très rondes, visiblement anciennes mais très peu concrétionnées. Une couche d’argile au-dessus des calcaires arrête l’infiltration de l’eau et par conséquent le concrétionnement.
– un vaste méandre magnifiquement modelé par l’eau ;
– une sculpture d’ours, autre habitant ancien des lieux, taillée sur place ;
– de jolis remplissages détritiques grossiers (galets, sables) fossilisés par des planchers de calcite. Les galets, anguleux, portent une signature glaciaire.
– les galeries du niveau inférieur, avec un magnifique lac-miroir d’eau. Un rêve de photographe…

Dehors, un parc mégalithique et un musée de l’histoire et de la préhistoire permettent de prolonger la visite. Puis à 14h30, le départ d’un groupe me permet de rephotographier le porche, sous un autre angle. Si j’avais su j’aurais attendu ce groupe pour faire ma première photo. M’enfin…

Bon, sinon nous sommes au pays basque, où « les frontières n’ont existé que sur les cartes, jamais dans les esprits » (à part, peut-être, la frontière du pays basque). Et « Si l’on regarde la situation en Europe, il n’y a pas une seule ethnie qui ait des contours plus clairs que l’ethnie basque… ». Cette thèse a été défendue par l’anthropologue basque el padre Jose Miguel de Barandiarán, omniprésent dans le petit musée qui borde la grotte et qui a beaucoup travaillé ici. La continuité ethnique se prolonge dans le petit parc mégalithique, où aux mannequins préhistoriques ne manquent que les bérets. Je suis taquin mais tout cela constitue un ensemble cohérent et très sympa. Et puis si les basques ne défendent pas leur culture, ils arrêteront de faire du fromage et là on cessera de rire.

Avec mots-clefs .Lien pour marque-pages : permalien.

Une réaction à Les grottes de Sare (64) – « Je n’ai personne pour vous »

  1. desgrippes bernard a écrit:

    Bel ensemble instructif et bonnes photos ; la pièce d’eau apporte vraiment un plus à la visite ; certains volumes sont étonnants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.