La grotte de l’Observatoire (Monaco) – Les fistules du prince


Très curieux au départ de Cannes ce matin d’aller voir la grotte de l’Observatoire, située dans le jardin exotique de Monaco. Après un trajet sous un soleil de pays et cent cinquante péages (au moins), pas une place de parking au jardin exotique. Je me gare donc dans le parking souterrain voisin. Arrivé à la grotte, dont l’entrée est comprise dans le billet pour le jardin exotique, et qui intègre aussi le musée d’anthropologie préhistorique, je suis accueilli par Amandine Ferrier. Elle est sous contrat ici pour une année. Après quelques questions, elle m’emmène pour une visite guidée avec un groupe de touristes. Et elle fait bien. La grotte est belle, intéressante et Amandine a bien travaillé son sujet. Pour donner du sens à la visite, elle déborde largement du discours de base entendu tant de fois.

Ensuite je reste quelques heures dans la grotte pour les photos. Le rythme régulier des visites me permet de préparer les éclairages et d’intégrer du public dans les images. Entre temps, j’ai tout loisir de contempler la grotte. Par endroits, des plafonds de fistuleuses soufflés témoignent du dosage approximatif des explosifs utilisés lors de l’aménagement (le fil rouge sur le bouton rouge…). D’autres concrétions sont brisées, mais sous l’effet des séismes. La sismicité de la région est bien connue des géologues mais je ne m’attendais pas à ce que les traces soient ici aussi présentes. Pour pratiquer la spéléo à la Pierre-saint-Martin, ce n’est pourtant pas la première fois que je vois une faille active mais, peut-être du fait de l’éclairage uniforme de la grotte ou du travail photo qui laisse beaucoup de temps pour observer, jamais je n’avais vu autant de traces de désordres sismiques : effondrements, concrétions brisées, décalées, miroirs de faille. La calcite panse tant bien que mal les cassures des concrétions mais de nouveau elles se rompent. La surrection des alpes a dépassé son paroxysme mais n’est pas achevée et nulle part mieux qu’ici ne peuvent être observés ces mouvements tectoniques actuels.

Puis je ressors. Une discussion avec Amandine durant laquelle je suis bombardé de questions me permet de lui demander si souvent elle emploie le mot « fistule » à la place de « fistuleuse » (fines stalactites également appelées macaronis pour leurs formes en cylindres creux et non « abouchement anormal d’une cavité dans une autre au cours d’un processus évolutif pathologique »). Pour ceux qui ne sont pas trop sensibles vous pouvez taper « fistule » dans la recherche images de votre moteur de recherche favori. Pour les autres, vous aurez compris qu’une fistule n’a rien, mais alors là rien à voir avec une concrétion calcaire. Elle me répond que oui, qu’elle a appris comme ça et que même c’est écrit là, en bas à droite, sur le beau panneau tout neuf – … Comment on dit sur Internet? Ah oui, « lol »… Il existe une limite physique au rire et après avoir photographié la preuve du crime, je dois me rendre aux toilettes. Et là les amis, la vue est monégasque. Surtout n’allez pas visiter cette grotte sans passer par les toilettes. Oui, bon, c’est facile de se moquer et, à part les fistules et le parking, la grotte de l’Observatoire vaut réellement une visite.

En fin d’après-midi je vais au musée d’anthropologie rencontrer Elena Rossoni-Notter et Patrick Simon. Sous l’impulsion du Prince Albert Ier, l’entrée de la grotte, a fait l’objet de fouilles sérieuses (pour l’époque). Trois niveaux d’occupation humaines sur 250000 ans y ont été identifiés: Erectus, Néanderthal et Sapiens, qui ont laissé des outils magnifiques et des ossements d’animaux. Un laboratoire de recherches est associé au musée qui a été refait à neuf en 2011, ce qui le rend très dynamique et intéressant. Expositions permanentes et temporaires sont présentées et c’est tout bon. Quelques photos plus tard, c’est l’heure de ressortir, régler les 15€ de parking et rentrer à Cannes qui, comparé à Monaco ressemble presque à Calcutta. Demain nous reprenons la route pour les Pyrénées, il est temps de retrouver des quartiers plus ordinaires.

Avec mots-clefs , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

2 réactions à La grotte de l’Observatoire (Monaco) – Les fistules du prince

  1. desgrippes bernard a écrit:

    J’adore tes commentaires, Damien. Merci! En plus la grotte est intéressante! Bravo!

  2. Laurent a écrit:

    Les aventures de Damien dans les grottes de France, c’est comme un bon feuilleton TV : on attend avec impatience les prochains épisodes !

    Merci pour ce tour de France tellement plus original que celui de la petite reine, et merci aussi pour tes remarques et commentaires toujours judicieux et intéressants. J’attends avec impatience ton expertise sur les grottes de Gien ! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *