La grotte de Saint-Cézaire (06) – « Il s’appelle Jules, il a des cors aux pieds »


Pour finir la semaine, retour sur la réseau de la grotte de Pâques dans la grotte de Saint-Cézaire. En arrivant, je pars directement pour une visite avec un groupe de touristes guidée par Tony Calko. Tony travaille ici depuis trente ans. Il connaît donc la grotte sur le bout des doigts et mène une visite très plaisante distillant les informations sur la formation de la grotte tout en faisant jouer l’imaginaire des visiteurs – « Mais si vous ne voyez pas le crocodile, ça n’est pas grave ». Il nous présente aussi Jules, squelette de la grotte baptisé par le public et dont deux petites colonnes forment les jambes. Jules a des jambes, c’est un garçon, il a les côtes verticales et des corps aux pieds. Puis à l’aide d’une baguette qui reste sur place, Tony joue de la musique sur des stalactites. Cinq notes justes, enfin trois réellement. Le public est conquis.

Après la visite, je discute avec Christophe Corlay, Directeur du site. Puis, après le déjeuner de Tony durant lequel je répare une cellule de déclenchement de flash, je pars faire des photos. Ce n’est ni la plus spectaculaire des grottes du monde mais avec ses cupules d’érosion, ses cheminées, ses remplissages d’altérites rouges, ses planchers de calcite suspendus, ses jolies aragonites parfois recouvertes de calcite qui bourgeonne, elle mérite la visite. Je profite du passage de petits groupes pour faire quelques images avec du public, cela commence à manquer à ma collection, fais descendre le filet de protection pour photographier Tony jouant de son pétrophone, puis pour finir passe un peu de temps avec mon objectif macro sur les concrétions. Je voudrais déclencher juste quand la goutte se sépare de la stalactite. Après cinq bonnes minutes d’attente, évidemment je la rate. C’est l’heure du WE sur la côte d’Azur. Puis Monaco lundi et nous repartirons vers l’ouest. Ouf, cela va faire du bien de souffler.

Avec mots-clefs , .Lien pour marque-pages : permalien.

Une réaction à La grotte de Saint-Cézaire (06) – « Il s’appelle Jules, il a des cors aux pieds »

  1. desgrippes bernard a écrit:

    sympa les oursins, mais surtout la goutte qui n’en finit pas de tomber et qui ramène tout le monde à la réalité. La nature n’a pas les mêmes “obligations”, les mêmes rytmes de vie que l’homme d’aujourd’hui! Courte mais profonde leçon de sagesse. Les générations passent, et la goutte, petit à petit aura fait grandir le stalactique d’un centimètre, sa

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *