La grotte de Villecroze (83) – Tuf tuf

Ce matin en arrivant à Villecroze, je ne savais pas si même ce site entrait dans la famille des grottes naturelles. Je savais que l’essentiel de la grotte avait été aménagée en troglodyte, tout cela dans le tuf. Et c’est cela qui m’a amené ici : le tuf est une roche qui mérite le détour, j’y reviendrai. pour l’heure, la grotte est municipale et c’est pourquoi j’ai rendez-vous à la mairie avec Maud Dumontant qui s’occupe de l’office du tourisme et des visites de la grotte. Rapidement nous nous dirigeons vers le parc qui mène à la grotte. La vue de l’extérieur mérite à elle seule le détour. Une cascade qui coule abondamment à cette saison tombe de 35 mètres depuis le haut de la falaise de tuf qu’elle a formée. Mais le tuf, kesako ?

Le tuf (ou travertin) est une roche calcaire qui se forme sous les cascades, au grand jour, par dépôt de calcaire par l’eau sur de la végétation (des algues ou des mousses). C’est comme une concrétion souterraine (coulées, draperies, stalactites etc) mais à l’extérieur. Les cascades en régions calcaires, notamment au niveau des résurgences où l’eau est saturée de calcaire, sont souvent le lieu de dépôt de tuf. Au final, la roche est poreuse donc légère et isolante, et quand elle est résistante c’est une excellente pierre de construction. A Villecroze, la porosité de la roche peut être vue à différentes échelles : depuis la microstructure des végétaux pétrifiés par la cascade jusqu’aux salles de la grotte. J’ai recherché en vain des traces de creusement des salles par l’eau. Il semble que ces vides aient été créés directement par la cascade, peut-être à la faveur de variations de débit. Elles sont tout de même associées à des fissures parallèles à la falaise. Dans tous les cas, grotte il y a! Après l’entrée magnifiquement aménagée au XVIè siècle, il est possible de s’enfoncer dans le massif de roche sur une vingtaine de mètres. Là, le décors est étonnant, concrétionné avec des colonnes draperies, des coulées stalagmitiques. Il y a aussi des traces d’ennoiement sur plusieurs mètres, avec cristaux de gours.

Du point de vue biologique, la grotte est intéressante aussi, avec les mousses et algues pétrifiées, de magnifiques Meta bourneti (la grande araignée des grottes) en l’honneur desquelles j’ai sorti le Zuiko 90mm f2 macro (il existe maintenant des bagues de conversion Zuiko-Nikon, yeppeee), et tout au fond des parois tapissées de lichens phosphorescents, que je n’ai rencontrés qu’une fois dans les grottes du Nez de Jobourg. Pour les arachnophobes, je précise que pour les voir, il faut aller chercher ces délicates bestioles dans les recoins. En conclusion, le site est petit mais magique, spectaculaire, une vraie grotte de légendes. Autant pour son passé historique que géologique, il mérite la promenade.

Avec mots-clefs , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

4 réactions à La grotte de Villecroze (83) – Tuf tuf

  1. desgrippes bernard a écrit:

    Ecrin de verdure exceptionnel pour l’approche de cette grotte municipale qui renferme des trésors que l’on ne voit que dans la région magique qu’est la hague et ses nez. Bravo pour cette découverte de lichens phosphorescents. Quant au travertin, je rentre d’une tournée de visite des châteaux de la Loire et là aussi, à ce niveau-là, l’ion est gâtés avec nombre de maisons troglotytiques visitables et l’utilisation de cete roche dans la construction de châteaux eux-mêmes.

  2. Swanet a écrit:

    Magnifiques photos ! Merci

  3. lydie cliquet a écrit:

    Merci pour l interet que vous portez à nos grottes ce qui permet de promouvoir notre village.
    Superbes photos.

  4. ROY a écrit:

    Quel beau regard sur ce site effectivement si riche en reliefs, couleurs, odeurs, saveurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *