La grotte de Trabuc (30) – Les 100 000 questions

Très belle avant dernière journée en Ardèche, ou plutôt au départ de l’Ardèche puisque j’étais aujourd’hui dans le Gard, à la grotte de Trabuc. Un peu plus de route que les autres jours, quelques beaux volumes à éclairer, une quatrième journée d’affilée, H qui voulait ce soir pour son propre blog des images faites hier à Chauvet, pardon à la caverne du Pont d’Arc, et voilà, il est tard, j’ai faim et je suis carbonisé ! Pas super motivé pour écrire ce soir… Mais il le faut. Par amitié pour ceux, surtout celle, qui ont travaillé avec moi. C’était avec beaucoup de plaisir que je venais à cette grotte gérée par Emmanuel Drappier, également spéléologue et avec qui le contact a été facile et amical depuis plusieurs mois. J’ai été reçu par Anne Imbert, guide ici depuis 1986. Elle connaît la grotte par cœur, a répondu à presque toutes mes questions, m’a fait une visite guidée de l’ensemble et a participé à presque toute la séance photo qui s’est achevée à 18h30. Pour escalader des cascades de calcite en talons et se geler le temps que je règle toutes les lumières et parvienne à faire la mise au point pour la dernière image, et tout cela avec le sourire, elle a dû organiser un ramassage spécial de son fils à l’école. Merci infiniment à elle, j’espère qu’elle ne regrettera pas sa journée.

Je fais court donc. A part de très beaux volumes, toutes les formes de concrétions et une histoire très riche, pour un géologue, la grande attraction de Trabuc est la dernière salle dont le fond est tapissé d’une forêt de concrétions centimétriques qui ressemblent à des sapins d’argile. Mais qui n’en sont pas. Et dont la formation reste inexpliquée à ce jour. A la Cocalière il y a quelques jours, j’ai photographié des sapins d’argile. Ils correspondent à l’érosion d’une couche d’argile sous l’effet de goutte à gouttes du plafond, toujours aux mêmes endroits, et qui laissent en relief les zones « sèches ». Ici c’est tout différent : pas de couche d’argile au sol et surtout aucun goutte à goutte présent ou passé. Tout cela dans un environnement calcaire argileux, très argileux même, fantômisé tant que vous voulez (j’expliquerai la fantômisation du calcaire un autre jour), mais sans goutte à goutte. En réalité ces concrétions sont un type très spécial de cristaux de gours. Elles se forment sous l’eau, dont elles ne dépassent pas le niveau, et sont formées d’argile et de calcite. Parfois elles se rejoignent pour former les bords d’un gour véritable. Les étapes intermédiaires de cette formation sont spectaculaires. Chaque « soldat » semble formé d’un empilement de disques, probablement en relation avec des variations du niveau d’eau. La calcite flottante, très présente également, semble jouer un rôle. Et puis bien sûr, l’environnement très argileux est fondamental. Mais pouquoi et comment ces formations? Depuis les théories faisant intervenir des bactéries à celles impliquant des forces électro-statiques, en passant par d’autres mixant les deux ou d’autres phénomènes encore, ces soldats font beaucoup, beaucoup parler. Et c’est très bien que la nature conserve certains de ses secrets de fabrication. Enfin pour un certain temps… Trabuc est magique, allez-y. Moi je vais manger des röstis !

Avec mots-clefs , .Lien pour marque-pages : permalien.

3 réactions à La grotte de Trabuc (30) – Les 100 000 questions

  1. desgrippes bernard a écrit:

    Magnifiques photos pourtant prises parfois dans de grands espaces! Bravo l’artiste! Et les « soldats » en gros plan sont hyper intéressants.
    Oui, c’est bien que la nature conserve quelques secrets de fabication. Miss Imbert (et ses petits talons) doit être satisfaite des clichés, j’imagine.

  2. ANDRE tROLEZ a écrit:

    Nous suivons ce voyage depuis le début. De plus en plus passionnan
    Photos extraordinaires. Nos vielles jambes ne suivront pas

  3. E.DRAPPIER a écrit:

    Merci Damien !

    De bien belles images comme on les aime !

    Amicales pensées « Trabuciennes » !

    Et bon Courage pour ton marathon des Grottes de notre bien beau pays !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *