Le gouffre d’Esparros (65) – « … on ne décrit pas un feu d’artifice… »

Gouffre d'Esparros, Hautes Pyrénées, France Esparros est un modèle de protection, ce qui a priori ne facilite pas le travail du photographe : interdiction sur le papier de sortir du chemin balisé pour aller chercher un angle intéressant ou même disposer un flash.

Gouffre d'Esparros, Hautes Pyrénées, France Ce matin, je pars donc avec une petite inquiétude sur ce que je pourrais faire, sachant que la cavité est exceptionnelle mais que cela ne suffit pas pour réussir une photo. Esparros a été explorée par Casteret en 1938, qui ici a réalisé l’une de ses plus belles découvertes. Ainsi il écrit dans « Ma vie souterraine » : « … nous ne tenterons pas de décrire ce gouffre – on ne décrit pas un feu d’artifice… ».

Gouffre d'Esparros, Hautes Pyrénées, France Nous sommes quelques années plus tard, et je suis accueilli sur place par le Directeur, Francis Ferrand, et un guide, Christophe Saint-Pasteur. Nous commençons par la traditionnelle interview qui m’apprend déjà beaucoup sur l’intérêt de la visite ici. Outre le « feu d’artifice » qui attend les visiteurs, le site est une référence en termes de protection. Depuis de nombreuses années le CNRS étudie ici l’impact des visites sur l’atmosphère de la grotte. La fréquentation a ainsi été limitée à 300 visiteurs par jour, puis depuis le passage aux éclairages Led qui chauffent moins, à 375 visiteurs par jour. Et ces règles contraignantes en termes de tourisme sont intelligemment transformées en atout puisque les instruments de mesure et les résultats des études font partie intégrante du parcours guidé. Puis nous partons pour le tour du site.

Gouffre d'Esparros, Hautes Pyrénées, France La visite dure une heure, dans une atmosphère très agréable, 13° et très peu d’humidité. C’est cette relative sécheresse qui explique le foisonnement d’aragonites présentes sur le parcours. En termes de concrétions, on trouve aussi de la calcite sous toutes ses formes, avec notamment de très belles excentriques jusqu’au gypse, beaucoup plus discret mais bien présent. C’est donc toute la séquence de cristallisation de la calcite qui peut être vue ici. Mais cela n’a pas été la plus grande surprise : le calcaire encaissant paléocène est, en jargon géologique, une spectaculaire brèche monogénique. Une brèche est une roche constituée en grande partie d’éléments anguleux cimentés entre eux. Monogénique veut dire que tous ces éléments sont de même nature. Ici, le massif calcaire a été fracturé sous l’action de la contrainte pyrénéenne et a recimenté sur place. De couleur bleutée et polie par l’action de l’eau, la roche qui constitue les parois et les plafonds du gouffre d’Esparros, est fantastique. Les aménagements pour les visites sont très bien intégrés dans le gouffre. Ça et là les passerelles ont été découpées pour ne pas détruire une concrétion.

Gouffre d'Esparros, Hautes Pyrénées, France Après la visite, j’attends jusqu’en début d’après-midi que quelqu’un puisse m’accompagner pour les photos. Ici, pas question d’être lâché dans le gouffre pendant la pause déjeuner… Heureusement, il fait un soleil magnifique et je récupère même quelques minutes de sommeil sur un banc. Puis nous partons pour trois heures de photos, d’abord avec Francis, relayé en fin d’après-midi par Christophe. Bien sûr, rester sur le cheminement interdit la macro ce qui est un peu frustrant. Mais j’ai l’espoir de revenir dans le cadre d’une visite spéciale réservée aux scientifiques et journalistes d’ici quelques mois. Il faut que je dépose une demande ! Et puis malgré les contraintes, je peux faire les images dont j’ai besoin pour le livre. Pour conclure ? Allez-y ! Il faut réserver à l’avance, notamment l’été, mais le gouffre le mérite absolument.

Gouffre d'Esparros, Hautes Pyrénées, France Gouffre d'Esparros, Hautes Pyrénées, France

Gouffre d'Esparros, Hautes Pyrénées, France Gouffre d'Esparros, Hautes Pyrénées, France

Gouffre d'Esparros, Hautes Pyrénées, France Gouffre d'Esparros, Hautes Pyrénées, France

Avec mots-clefs , , , , .Lien pour marque-pages : permalien.

2 réactions à Le gouffre d’Esparros (65) – « … on ne décrit pas un feu d’artifice… »

  1. desgrippes bernard a écrit:

    Voilà donc une grotte qui contredit ce que je disais hier puisque les responsables refusent des visiteurs du fait que leur nombre est quantifié en raison de la polution, Exactement comme les tombes des pharaons en Egypte. Cette grotte ou plutot ce gouffre attire le public, cela me rassure sur les points d’intérêts des touristes.
    Vu qu’il y a du gypse, c’est un site hyper intéressant pour les scientifiques et les collectioneurs.

  2. Helen Boemelburg a écrit:

    Dear Damien –
    I know we’re related (and happily so), but this is not the reason why I award you the « Liebster Award » today. It’s an international price from bloggers for bloggers and it’s meant to make the smaller weblogs (up to 200 followers) more known. Congratulations!

    This is how it works: You put a link to the person’s blog that nominated you: http://www.helenboemelburg.de
    Then you answer the following questions and post the answers.

    1. What effect do you want your blog to have on the reader?
    2. What do people misunderstand most about you?
    3. What’s the purpose of life?

    Then, you nominate 11 blogs yourself and ask those authors 11 questions (yes, I made it easier for myself and did only 3). Have fun. And continue writing and photographing such nice stories.
    Much love, Helen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *