Le gouffre géant de Cabrespine (11) – « … Ah, il est bien fini le (bon) temps des bandits de grand chemin… »


La question du jour est : est-ce que ce blog ne concerne que ce qui se passe sous terre ou est-ce qu’il peut déborder sur l’avant ou l’après? Parce qu’aujourd’hui, sous terre, tout s’est super bien passé… Cette troisième semaine de terrain m’amène entre l’Aude et l’Hérault, dans les calcaires du Dévonien – un petit tour très attendu par l’ère Primaire. Pour être plusieurs fois venu dans la montagne noire en spéléo, je sais que des cavités magnifiques s’y développent : c’est le pays de l’aragonite!

Et c’est par le gouffre géant de Cabrespine que je commence. Après un départ en catastrophe à 6h45 (je n’ai pas entendu mon réveil), je suis accueilli sous le soleil par Philippe Clergue, gérant du site. Nous commençons par la visite de la partie aménagée du site, puis nous asseyons pour le questionnaire, lui, moi et mon cahier sur lequel je note ses réponses. J’y reviendrai. Puis il me laisse seul pour photographier les aragonites coralloïdes (qui rappellent la forme des coraux) et les disques de calcite. Quand il revient deux ou trois heures plus tard, j’ai tout préparé les éclairages pour photographier la grande salle. Et puis, et puis… Michel arrive.

Michel est le guide qui encadre les groupes pour le safari souterrain. Après la photo du grand volume, nous enfilons nos bottes et descendons les trains d’échelles pour arriver 200 mètres plus bas dans la rivière. Cette partie de la cavité est accessible à toute personne un peu sportive et offre un baptême de spéléologie dans une très belle rivière souterraine. Celle-ci représente le niveau le plus récent de creusement de la cavité. Il y aurait beaucoup à dire sur cette ballade d’une demie journée (réserver à l’avance, 39€/pers) mais je me contenterai de vous dire que vous ne le regretterez pas. Nous remontons après quelques heures, il fait nuit et la journée est déjà bien pleine. Mais elle pas finie.

A 20h30, après une heure de trajet dont un col que j’ai bien cru ne pas monter tellement la route était glissante et une redescente sur Mazamet dans un brouillard à couper au couteau, raisonnablement fatigué, j’arrive chez la logeuse de l’appartement gîte que j’ai réservé pour deux nuits. Et la propriétaire, qui habite sur place, veut absolument une caution de 300€ pour me laisser entrer. Euros je n’ai pas et comme la Deutsche Bank ne délivre pas de chèques, rapidement nous nous trouvons dans une impasse. « … Parce que vous savez, j’en vois. Tenez, pour être payée, j’ai déjà du enfermer un client dans sa chambre.
– …
– C’est qu’il est bien fini le moyen âge. A l’époque on pouvait s’entendre sans contrat.
– Tout le monde était honnête au Moyen-âge?
– … non, il y avait des bandits de grand chemin mais c’est pas pareil… »

Après un bon quart d’heure de négociation durant lesquelles elle réalise qu’elle n’a pas affaire à un bandit de grand chemin mais qu’elle ne peut pas abandonner totalement sa position de départ, nous convenons que durant la journée je lui laisserai l’Ipad en caution. Et l’ordinateur portable – c’est pas qu’il vaille grand-chose mais « ce qui est dit est dit ». Bref, j’arrive dans ma (belle) chambre, nettoie le matériel, mets les accus en charge, ouvre une bière et cherche mon cahier. Vous savez, celui où je reporte toutes les interviews et mes billets du soir (oui je sais, chère H., les moins de 40 ans écrivent directement sur l’ordinateur). Dans tous les cas, il y a dessus trois jours de notes que je n’ai pas eu le temps de reporter. Il me faut ce cahier, je le veux, je le veux je… zzz…

C’est décidé, ce blog parle aussi de ce qui se passe en surface.

Gouffre de Cabrespine, Aude, France

Gouffre de Cabrespine, Aude, France

Gouffre de Cabrespine, Aude, France

Gouffre de Cabrespine, Aude, France

Grotte de Choranche, Isère, france

Gouffre de Cabrespine, Aude, France

Gouffre de Cabrespine, Aude, France

Gouffre de Cabrespine, Aude, France

Gouffre de Cabrespine, Aude, France

Pour marque-pages : permalien.

Une réaction à Le gouffre géant de Cabrespine (11) – « … Ah, il est bien fini le (bon) temps des bandits de grand chemin… »

  1. michel boulesteix a écrit:

    C’est toujours très difficile d’être potentiellement assimilé aux voyous qui gravitent partout! Très difficile de se faire admettre comme quelqu’un d’honnête. Et pour ça, tu donnes ton ordi!? On est vraiment dans un monde de dingues!!!

    Bon courage!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *