La grotte de Dargilan (48) – 20 secondes de course puis la pose


20h14, ce soir je commence par le menu: re-salade de chèvre chaud, entrecôte puis si j’ai bien entendu la commande des voisins, mousse au chocolat. Yeppeee! Après une très belle journée à Dargilan, je suis encore mort de faim.

FRT_7969Ce matin j’ai été reçu par Alain Passet, responsable du site. Dargilan est l’une des plus anciennes grottes ouvertes au public. Après l’exploration par Martel en 1888, les premiers aménagements sont réalisés en 1890 et la première électrification en 1910. Surplombant la Jonte de 200m, dans les magnifiques falaises de dolomies bathoniennes, la grotte est très belle, variée et pédagogique.

FRT_8007L’entrée s’effectue par une grande salle dont la voûte a atteint un beau profil d’équilibre. Au centre, un gigantesque éboulis montre que ce profil a été atteint suite à une série d’effondrements cataclysmiques. Est-ce une conséquence de la décompression du massif suite à l’ouverture de la vallée de la Jonte située à quelques dizaines de mètres? Il faut que je lise les travaux de ceux qui ont travaillé sur le sujet.

FRT_8083La suite de la visite se situe plus bas. Afin d’accéder aux galeries situées 50 mètres au dessous, nous descendons 209 marches (je ne les ai pas comptées) au travers d’imposants blocs d’éboulis. Sur la paroi, dans les argiles de décalcification (le produit résiduel de l’altération de la roche calcaire après dissolution), nous trouvons des stries de frottement. Celles-ci proviennent probablement du glissement des blocs qui sont tombés de la voûte. Puis nous parvenons au niveau inférieur. FRT_8165La morphologie y est complètement différente, avec un concrétionnement beaucoup plus riche et imposant. Ce contraste entre les deux niveau indique une différence d’âge : en haut, le concrétionnement a débuté sur les blocs après leur effondrement, alors qu’en bas il est beaucoup plus ancien. Ces galeries inférieures portent aussi toutes les traces de leur creusement par une rivière aujourd’hui disparue : profil de conduite forcée, marmites de dissolution et dépôt de sables et de graviers issus du socle cristallin situé à quelques kilomètres.

FRT_8173 FRT_8151

FRT_8079Après un tour complet, Alain me laisse dans le gouffre où je commence les photographies. Pendant trois heures, je travaille seul. Sans problème. Quoique… Si vous permettez, j’ai une question: quel est le génie qui a bridé le retardateur du D800 à 20 secondes? C’est que cela peut-être court 20 secondes, quand il faut : 1-déclencher de l’appareil 2-faire six (grands) pas pour enjamber des blocs glissants 3-escalader une rambarde située 2,50m au dessus tout en détachant la jugulaire du casque 4-poser le casque avec la lumière dans la direction de l’étape suivante 5-courir jusqu’au lieu de pose tout en désaplatissant ses cheveux 6-sourire en régardant dans la direction de la concrétion, invisible puisque vous êtes dans le noir complet 7-flash!

Pour les trois dernières heures, Alain me rejoins et m’assiste pour les photos. Puis je repars avec tous les documents dont j’ai besoin: topographie, récit d’exploration de Martel, étude karstologique. Merci, Alain pour votre accueil et votre aide. Demain m’attend le gouffre de Bramabiau et la traversée historique de Martel. Je ne peux pas attendre. Quoique quelques heures de sommeil…

FRT_8131 FRT_8111 FRT_8014

Pour marque-pages : permalien.

2 réactions à La grotte de Dargilan (48) – 20 secondes de course puis la pose

  1. Laurent Bouvet a écrit:

    Super idée, super réalisation. Damien, je suis fan !

  2. Paillet john a écrit:

    Bonjour je tiens à vous dire merci pour ces belles photos un plaisir pour les pupilles et le rêve …,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *